Soifs matériaux

Description

Texte: Marie-Claire Blais
Adaptation: Denis Marleau à partir du roman Soifs (1995) + extraits tirés du cycle Soifs de Marie-Claire Blais: Naissance de Rebecca à l’ère des tourments (2008), Mai au bal des prédateurs (2010), Des chants pour Angel (2017), Une réunion près de la mer (2018), Les Éditions du Boréal
Mise en scène: Stéphanie Jasmin + Denis Marleau

Musiciens: Philippe Brault + Jérôme Minière + Quatuor Bozzini (Clemens Merkel + Alissa Cheung + Stéphanie Bozzini + Isabelle Bozzini)

Tous les détails: https://espacego.com/saison-2019-2020/soifs-materiaux/

La presse en parle

Critique

Christian Saint-Pierre, Le Devoir, 4 février 2020

Après la prose de Thomas Bernhard, puis celle de Virginia Woolf, il fallait que Denis Marleau en vienne à fréquenter celle de Marie-Claire Blais. L’été dernier, à l’occasion du Festival TransAmériques (FTA), le metteur en scène se mesurait aux monologues intérieurs vertigineux d’un cycle romanesque comprenant dix volumes. Dirigé avec Stéphanie Jasmin, Soifs Matériaux, un spectacle de quatre heures qui appelle l’admiration, est de retour ces jours-ci à Espace Go.

L’essentiel de la partition vient de Soifs, le livre initial, paru en 1995, mais Marleau s’est autorisé des emprunts à Naissance de Rebecca à l’ère des tourments (2008), Mai au bal des prédateurs (2010), Des chants pour Angel (2017) et Une réunion près de la mer (2018), tous publiés aux Éditions du Boréal. L’action se déroule sur une île jamais nommée, microcosme de l’Amérique, quelque part en bordure de la mer des Caraïbes et du golfe du Mexique. Pour souligner la naissance de leur troisième fils, Mélanie (Sophie Cadieux), intellectuelle militante, et Daniel (Emmanuel Schwartz), écrivain, reçoivent parents et amis dans leur jardin.

Les étranges années

Accompagnés par des musiciens au sommet de leur art (Philippe Brault, Jérôme Minière et le Quatuor Bozzini), les protagonistes, une quinzaine, émettent à la troisième personne des confidences qui s’entrelacent sous nos yeux jusqu’à créer une architecture sublime, une construction mentale qui fait brillamment écho au roman sur lequel travaille Daniel: Les étranges années.

Il y a des nantis et des défavorisés, des puissants et des dépossédés, des privilégiés et des réfugiés. On rencontre une avocate, un juge, un pasteur et des criminels. Il y a plusieurs artistes et quelques professeurs. Leurs histoires mettent en scène ce qu’on appelle les maux de l’Amérique. Il est question de drogue, de maladie, de viol, de racisme, de guerre, de tueries de masse et de peine de mort. D’abord et avant tout, c’est une fresque qui célèbre l’amitié et l’amour, l’art et la communauté.

Sur scène, une structure étagée, un grand rectangle divisé en quatre plus petits. En haut, une passerelle et des écrans sur lesquels sont projetées des images qui ne sont jamais décoratives, des séquences au ralenti qui éclairent les propos des personnages, en élargissent le sens, en accentuent les résonances. En bas, le salon des hôtes, leur jardin, mais également la rue et la rumeur du monde.

Pour défendre les phrases incommensurables de Marie-Claire Blais, il fallait des interprètes de haut calibre, ce dont le spectacle ne manque pas. Parmi les 17 comédiennes et comédiens, il y a les chevronnés, qu’on savait déjà capables de relever un tel défi, comme Christiane Pasquier, absolument exquise dans le rôle de Mère, mais aussi les nouveaux venus, qu’on découvre (ou continue de découvrir) avec bonheur, comme Florence Blain Mbaye, Lyndz Dantiste, Antoine Nicolas et Mattis Savard-Verhoeven.

Devant pareille adéquation entre la cathédrale littéraire et sa représentation scénique, on n’a d’autre choix que de s’incliner. Brillamment déployé dans le temps et l’espace, reliant les drames intimes et les tragédies collectives à coup de mots, de sons, de notes et d’images, le spectacle de Stéphanie Jasmin et de Denis Marleau témoigne d’une grande maîtrise esthétique et d’une profonde compréhension de l’œuvre. Dans le parcours déjà hors norme de la compagnie Ubu, il s’agit certainement d’un sommet.

Accompagnés par des musiciens au sommet de leur art (Philippe Brault, Jérôme Minière et le Quatuor Bozzini)…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.